Visiter Oran : les 10 endroits incontournables à ne pas manquer

Surnommée « la radieuse » Oran a été fondé en 902 et est la 2ième ville plus grande d’Algérie après Alger. Entre une forte présence de la communauté juive, les influences d’abord portugaises puis espagnoles, suivi d’une période ottomane et de la colonisation française, Oran est doté d’un patrimoine historique exceptionnel.

Situé en bordure de la Méditerranée Oran est une ville dynamique et ses habitants sont très accueillants.

Parmi les nombreux lieux à visiter à Oran, nous avons fait une sélection des 10 endroits incontournables à ne pas manquer.

Le front de mer

Le front de mer est considéré comme l’emblème de la ville d’Oran. C’est un endroit où il fait bon flâner en famille sur le célèbre boulevard de l’ALN qui longe sur 2 km le centre historique, de la muraille de la forteresse du palais du Bey au rond-point Zabana. Depuis le front de mer vous aurez une vue panoramique sur le port maritime, la mer Méditerranée et sur le mont Murdjadjo avec ses sites historiques (le fort et la chapelle de Santa Cruz)…


Le musée national Ahmed Zabana

Le musée « Ahmed Zabana » est situé dans le quartier de Haï Sidi El Bachir à Oran en plein centre-ville et a été inauguré en 1930 et ouvert au public en 1935 sous l’appellation de musée Demaëcht.  il a été rebaptisé musée national Zabana lorsqu’il est passé sous la tutelle du ministère de la Culture en 1986. Composé de plusieurs salles à thème, vous pourrez y voir notamment des vestiges de la préhistoire et de l’Antiquité, des objets ethniques maghrébin, des objets ethniques étrangers ainsi que des objets liés à l‘archéologie islamique. Il y a également une salle consacrée à l‘histoire naturelle, une salle consacrée au Vieil Oran, et une salle consacrée aux Beaux-Arts.

Le musée se situe au 19 avenue Ahmed Savannah et est ouvert du dimanche au jeudi de 9h à 16h30 .


La mosquée du Pacha

Classé monument historique de la ville d’Oran la mosquée a été construite en 1796 sous le règne du Ben Mohamed el-Kébir et sur l’ordre de Sidi Baba Hassan Pacha Alger. Occupé par des détachements des troupes françaises lors de l’invasion française, elle a été rendue aux musulmans en 1833 et restaurée sur l’ordre de Napoléon III. Plus tard en 2007 le gouvernement des États-Unis a fait un don de 5000 dollars et envoyé des spécialistes en restauration et sismologie pour une rénovation complète de la mosquée.

La mosquée est ouverte aux visiteurs du samedi au jeudi, en dehors des horaires de prière. L’entrée est gratuite. Elle se situe rue Philippe, dans le quartier Sidi El Houari à Oran.


La Grande Synagogue

Également connu sous le nom de temple israélite l’ancien, la grande synagogue d’Oran est un ancien édifice du culte israélite désormais rebaptisé mosquée Abdellah ben Salam.

La construction de ce bâtiment prestigieux a été décidé en 1867 face à l’importance de la communauté juive d’Oran et malgré les nombreux lieux de prière déjà présent. Il a fallu attendre plusieurs années avant le début des travaux notamment à cause du manque de fonds pour financer l’édifice dont la construction a pu débuter seulement en 1879. La synagogue a été inaugurée le 12 mai 1918 après 38 ans de construction. La façade de ce magnifique bâtiment est ornée d’une magnifique rosace avec des vitraux multicolores qui illuminent l’intérieur. La rosace est encadrée par deux tourelles d’une hauteur de 20 m qui symbolise le désir d’élévation religieuse mais qui traduit également la possibilité très récente de construire en hauteur, liberté pendant longtemps réprimée sur la terre islamique. Le centre du cœur est occupé par un tabernacle sur lequel sont gravé les commandements de Dieu et l’étoile de David. Au premier étage, devant et autour du magnifique orgue, se trouvent les places réservées aux femmes, tandis qu’au le rez-de-chaussée 900 sièges en chêne massif sont réservés aux hommes.

La grande synagogue (mosquée Abdellah Ben Salam) se trouve Boulevard Maâta.


La cathédrale du Sacré-Cœur

La cathédrale du sacré-cœur a été transformé en bibliothèque communale après l’indépendance de l’Algérie. Elle se situe dans le centre-ville d’Oran non loin de la place du 1er novembre 1954.

Elle est l’œuvre de l’architecte Albert Ballu qui était à l’époque l’architecte du gouvernement français d’Algérie et fut construite de 1904 à 1913. L’architecture de la cathédrale et de type Romano byzantin.

La cathédrale est ouverte aux visiteurs tous les jours de la semaine et l’entrée est gratuite. Adresse de la cathédrale : Boulevard Hamou Boutllélis.

La cathédrale du sacré-cœur a été transformé en bibliothèque communale après l’indépendance de l’Algérie. Elle se situe dans le centre-ville d’Oran non loin de la place du 1er novembre 1954.

Elle est l’œuvre de l’architecte Albert Ballu qui était à l’époque l’architecte du gouvernement français d’Algérie et fut construite de 1904 à 1913. L’architecture de la cathédrale et de type Romano byzantin.

La cathédrale est ouverte aux visiteurs tous les jours de la semaine et l’entrée est gratuite. Adresse de la cathédrale : Boulevard Hamou Boutllélis.


L’église Saint-Louis

Ancien édifice religieux chrétien situé dans le quartier de Sidi Houari, l’édifice et inoccupé mise à part le sous-sol où se situe le centre culturel Sidi El Houari. L’église est située sur l’ancien emplacement d’une mosquée, détruite après l’invasion d’Oran par les Espagnols en 1509 et s’appelait au départ l’église de Notre-Dame de la Victoire. Saccagé par les musulmans en 1708 le lieu fut offert aux juifs et transformé en synagogue. En 1732, à la suite de l’invasion par les Espagnols, l’édifice est à nouveau transformé en église. En grande partie détruite à cause d’un tremblement de terre en 1790 elle fut reconstruite par les Français en 1838 et élevé au rang de cathédrale en 1866. Malheureusement, on peut uniquement visiter l’extérieur, l’édifice étant fermé au public.


La Porte d’Espagne

Construite en 1589, la Porte d’Espagne qui s’appelait à l’origine porte Ximénès, est l’une des portes faisant partie de la muraille construite par les Espagnols après leur invasion d’Oran en 1509. Porte voutée monumentale, située dans le quartier de Sidi El Houari, elle est considérée comme le vestige le plus important encore préservé de l’architecture espagnole à Oran.


La promenade Ibn Badis

La promenade Ibn Badis (ex-promenade de Létang) est située entre le port et le Palais du Bey, et longe notamment les fortifications du Palais du Bey. Elle a été aménagée en 1847 par le général français Georges Létang, sur une superficie de six hectares et offre ainsi un lieu de verdure tout proche du centre-ville d’Oran.

Le jardin est composé de diverses essences végétales, certaines très rares : vous y trouverez, entre-autres, des ficus, des conifères et des aloès, ainsi que de nombreux palmiers.

Un monument aux morts des marins, malheureusement en très mauvais état, est présent au niveau de la promenade et on pouvait autrefois y admirer la porte de Caravansérail, renversée par une tempête en 2001. Depuis le jardin, vous avez une superbe vue sur le djebel Murdjadjo, le port d’Oran et la vieille ville.

On accède à la promenade depuis la rampe du Commandant Ferradj ou bien depuis le vieux quartier de Sidi El Houari.


La place du 1er Novembre

La place du 1er Novembre (ex-place d’Armes), copie de la place du Théâtre à Alger, est considérée comme le cœur historique de la ville d’Oran. En son centre, on trouve un obélisque à l’effigie de l’émir Abdelkader, surmontée par une sculpture nommée « La Gloire », œuvre du sculpteur français Aimé-Jules Dalou, inaugurée en 1898 en l’honneur aux « braves » de l’armée française morts au combat pendant la célèbre bataille de Sidi Brahim en 1845 contre les cavaliers de l’émir Abdelkader.


Le fort et la chapelle de Santa Cruz

Le fort de Santa Cruz est un magnifique édifice en pierres qui s’élève à l’ouest d’Oran au sommet de la montagne de l’Aïdour, offrant une magnifique vue sur la ville d’El Bahia.

Le fort se trouve à 429 mètres d’altitude à proximité d’une église catholique, la chapelle de Santa Cruz, gérée par le diocèse d’Oran. Le fort de Santa Cruz a été érigé par les Espagnols qui tentaient de s’opposer aux Ottomans pendant la seconde moitié du 16ième siècle.  Du fait de sa situation dominante, il bénéficiait d’une position idéale pour défendre la ville. Détruit et reconstruit à de nombreuses reprises, il a été restauré entièrement entre 1854 et 1860 par le Génie Militaire Français.

Le fort servait de logement au gouverneur espagnol d’Oran qui y disposait de grands appartements et à sa garnison militaire.

L’entrée dans le fort est payante. Il est possible de prendre une visite guidée afin d’avoir des explications détaillées sur l’histoire et l’architecture du site.

Non loin du fort, un peu en contrebas, vous pourrez découvrir la chapelle de Santa Cruz, construite par la France coloniale en 1850 sur les hauteurs du djebel Murdjadjo en raison d’une épidémie de choléra qui fît des milliers de morts parmi la population oranaise.

Elle a été restaurée à de multiples reprises au fil des années que ce soit par la France durant la colonisation ou bien par l’Algérie après l’indépendance. Vous pourrez y apprécier une fraicheur agréable du fait de la forêt de pins qui l’entourent et de sa position en hauteur ainsi qu’une vue magnifique sur la baie et la ville d’Oran. Chaque année, des milliers de touristes se rendent à Santa Cruz qui est désormais l’un des lieux touristiques les plus visités d’Oran.

Non loin du fort, un peu en contrebas, vous pourrez découvrir la chapelle de Santa Cruz, construite par la France coloniale en 1850 sur les hauteurs du djebel Murdjadjo en raison d’une épidémie de choléra qui fît des milliers de morts parmi la population oranaise.

Elle a été restaurée à de multiples reprises au fil des années que ce soit par la France durant la colonisation ou bien par l’Algérie après l’indépendance. Vous pourrez y apprécier une fraicheur agréable du fait de la forêt de pins qui l’entourent et de sa position en hauteur ainsi qu’une vue magnifique sur la baie et la ville d’Oran. Chaque année, des milliers de touristes se rendent à Santa Cruz qui est désormais l’un des lieux touristiques les plus visités d’Oran.


Visiter Oran : liste d’endroits supplémentaires à découvrir

  • La magnifique gare ferroviaire
  • Les îles Habibas
  • Le musée d’art moderne
  • Le musée du Moudjahid
  • Le château neuf
  • Les nombreuses portes historiques dont celles de Tlemcen, de Canastel…
  • Le palais du Bey Hassen
  • L’opéra
  • Le théâtre
  • Les nombreuses plages…
Retour haut de page